Bonne gouvernance et Démocratie

La bonne gouvernance constitue une des conditions préalable pour vaincre la pauvreté. C’est pour cette raison qu’elle est, pour SOS-Civisme-Niger, à la fois un axe transversal de toutes les actions et un axe stratégique d’intervention en soi.

LES PROJETS

Projet “Renforcer les approches collaboratives et inclusives au Niger pour la prévention des conflits et la consolidation de la paix“.

Ce projet est une initiative pilote de recherche-action financée par le Partenariat Global pour la Redevabilité Sociale (GPSA) de la Banque Mondiale dans quatre (4) pays, à savoir la Guinée, le Népal, le Tadjikistan et le Niger. Il s’inscrit dans le cadre du programme pour les pays fragiles confrontés aux conflits et à la violence (FCV), en vue de soutenir la surveillance par les citoyens des programmes IDA18.

 

Au Niger, le projet a été conduit par l’ONG SOS-Civisme-Niger (chef de file) et l’ONG KARKARA, en collaboration avec la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), a cours de la période allant du 1er juillet  2018 au 8 mars 2019. Le projet a exploré les types d’approches les plus efficaces pour le développement des capacités dans des processus participatifs et collaboratifs réunissant les acteurs du gouvernement et les organisations de la société civile en vue d’améliorer la prestation de services publics et d’accroître l’efficacité et la performance des opérations de développement économique et social.

 

En savoir plus :

Le projet a pour objectif global de co-créer, d’adapter et de piloter des approches collaboratives de responsabilité sociale avec les parties prenantes locales et de mener leur intégration dans les processus de consolidation de la paix dans certaines régions du Niger.

 

De façon spécifique, le projet visent es objectifs suivants : (i) réaliser un bilan des espaces d’engagement existant entre l’Etat et la société civile créés pour la prévention des conflits, la consolidation de la paix et le suivi des services publics ; (ii) soutenir le développement des capacités en matière de responsabilité sociale collaborative ; (iii) produire des connaissances et l’apprentissage sur des processus de responsabilisation sociale axés sur le contexte et favorisant la résolution pacifique des problèmes et la prévention des conflits; (iv) informer le soutien de la Banque mondiale au suivi de ses opérations et des réformes du secteur public au Niger.

 

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet, quatre (4) ateliers multi-acteurs ont été organisés dans les régions d’Agadez, Diffa, Tahoua et Tillabéri, qui sont les plus affectées par les conflits et l’insécurité. Des représentants de tous les milieux (secteur privé, gouvernement, OSC et chefs religieux / traditionnels) ont été invités. Les ateliers ont été organisés pour recueillir des données (à l’aide de l’outil de collecte de données) sur les initiatives existantes en matière de responsabilité sociale liées à l’amélioration de la prestation de services et / ou à la prévention et au règlement des conflits. Quatre (4) rapports compilant et résumant les données de chaque atelier ont été élaborés.

 

Afin de présenter les résultats du projet pilote, un atelier national a été organisé à Niamey. Environ 40 personnes de diverses origines (secteur privé, représentants des gouvernements, organisations de la société civile, médias) ont assisté à la réunion. L’atelier a été une bonne occasion de valider les résultats et de discuter des recommandations et des prochaines étapes avec un large groupe de parties prenantes.

 

Un rapport final, basé sur toutes les données collectées et les recommandations de l’atelier national, a été produit. Le document met en évidence les principales conclusions et recommandations adressées aux différents groupes de parties prenantes ayant un rôle à jouer dans la prévention et le règlement des conflits dans le pays.

Projet “Renforcement des capacités des partis politiques du Niger en vue d’un plus grand engagement citoyen“.

Ce projet rentre dans le cadre des activités du Programme de Coopération 2004-2008 conclu entre le Gouvernement du Niger et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et qui s’articulent autour de trois (3) domaines : la lutte contre la pauvreté et la Sécurité Alimentaire, l’accès aux services sociaux de base, la bonne gouvernance et la croissance mieux répartie.

 

Le projet (1er janvier – 31 décembre 2008), a été mis en œuvre par l’ONG SOS-Civisme-Niger et la Faculté des Sciences Economiques et Juridiques (FSEJ) de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, en partenariat avec le Secrétariat Permanent du Conseil National de Dialogue Politique (CNDP) et le Programme “Renforcement des capacités de gestion de l’économie et de promotion d’une bonne gouvernance“ mené par le Ministère Nigérien du Plan.

 

Ce projet a pour objectif général de “favoriser l’éclosion d’une gouvernance de qualité au Niger par le biais d’un plus grand engagement citoyen, en développant en amont les capacités des membres des partis politiques en tant que structures-clé de consolidation de la démocratie“. De façon spécifique, le projet vise à “renforcer les capacités des partis politiques dans le domaine de la démocratie interne et l’éducation civique en vue d’un plus grand engagement citoyen“. Les bénéficiaires directs du projet sont les partis politiques de la majorité, les partis politiques de l’opposition et les partis politiques dits-non-affiliés.

 

En savoir plus :

Pour réaliser les objectifs assignés au projet, la FSEJ, l’ONG SOS-Civisme-Niger et le Secrétariat Permanent du CNDP ont mené les activités suivantes : (i) la tenue d’une rencontre avec les leaders des partis politiques pour situer et expliquer les objectifs du projet ; (ii) la création d’une fiche signalétique des partis politiques qui a pour objectif de donner un aperçu de la situation politique actuelle ; (iii) la réalisation d’une étude d’évaluation des besoins de renforcement des capacités des partis politiques intégrant un plan de formation ; (iv) la validation du plan de formation au sein du CNDP ; (v) l’organisation d’un atelier de formation des leaders politiques à Niamey ; (vi) l’organisation des ateliers régionaux (Agadez, Dosso, Diffa, Maradi, Tahoua, Tillabéry et Zinder) ; (vii) la rédaction et la reproduction du manuel de formation ; (viii) l’élaboration d’outils de capitalisation des différents ateliers de formation ; ix) la production et la diffusion d’un publi-reportage sur le rôle des partis politiques dans un système démocratique ; (x) l’organisation des débats radiotélévisés sur le rôle des partis politiques en démocratie 

 

Valorisant son expertise dans la facilitation du dialogue multi-acteurs et l’éducation à la citoyenneté, SOS-Civisme-Niger a réalisé les activités ci-après :

  • Production de trois (3) sketches d’éducation civique, dont un (1) en Français, un (1) en Haoussa et un (1) en Zarma, sur le rôle des partis politiques dans un système démocratique ;
  • Production de trois (3) publi-reportages, dont un (1) en Français, un (1) en Haoussa et un (1) en Zarma, sur le rôle des partis politiques dans un système démocratique ;
  • Diffusion des sketches d’éducation civique sur les chaînes des télévisions publique et privées et cela en cinq (5) diffusions ;
  • Diffusion des publi-reportages sur les chaînes des média publics et privés et cela en dix (10) diffusions ;
  • Organisation des débats radiophoniques et télévisés, incluant les représentants des partis politiques de toutes les tendances, la société civile et les journalistes des secteurs public et privé, sur des thèmes tels que : “rôles de la majorité et de l’opposition en démocratie“ ; “le respect de l’alternance démocratique et la dévolution pacifique du pouvoir“ ; “la participation des jeunes dans l’animation de la vie politique en démocratie“.

 

 

Projet AA4 “Pour Accélérer les résultats prévus par les OMD et la SDRP dans les régions de Maradi, Tahoua, Zinder et Niamey

 

La redevabilité sociale collaborative suppose également un dialogue critique, mais constructif, entre les institutions gouvernementales et la société civile sur les politiques publiques, pour assurer qu’elles sont mises en œuvre de façon efficace et qu’elles conduisent aux résultats escomptés au profit des citoyens, surtout les plus pauvres.

 

De novembre 2006 à décembre 2009, l’ONG SOS-Civisme-Niger a développé une initiative de contrôle citoyen de l’action publique (CCAP), avec l’appui du Projet AA4 “Synergie entre les initiatives du PNUD, de la SNV et des intervenants des régions de Maradi, Tahoua, Zinder et Niamey afin d’accélérer les résultats prévus par les OMD et la Stratégie de Développement Accéléré et de Réduction de la Pauvreté“, financé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l’Organisation Néerlandaise de Développement (SNV).

 

L’initiative de SOS-Civisme-Niger comporte deux (2) volets, dont le premier est relatif au renforcement des capacités des organisations de la société civile, au niveau national et local, sur le contrôle citoyen de l’action publique (CCAP) ; et le second volet porte sur l’élaboration et la diffusion de deux (2) rapports indépendants de suivi-évaluation de la Stratégie de Développement Accéléré et de Réduction de la Pauvreté (SDRP).

 

En savoir plus :

Dans le cadre du premier volet, SOS-Civisme-Niger a organisé, en mars 2006 à Niamey, un atelier national de partage d’expériences et de formation destiné aux organisations de la société civile, ayant regroupé une cinquantaine de participants venus des 8 régions du Niger, sur le thème central : “le contrôle citoyen de l’action publique : point de la littérature des experts et pratiques au Niger“. L’atelier visait à familiariser les structures de la société civile sur le concept du CCAP, ses acteurs et les outils de sa mise en œuvre. Il visait également à questionner les pratiques en cours de la société civile pour déterminer dans quelles mesures elles peuvent s’inscrire dans un processus cohérent de CCAP, dans une perspective de coopération avec les institutions de l’Etat, en vue d’améliorer la qualité des services publics au Niger.

 

A la suite de l’atelier national, SOS-Civisme-Niger a organisé des ateliers régionaux de formation sur le CCAP à Maradi, Tahoua et Agadez. En capitalisant sur cette expérience de formation multi-acteurs, elle a développé un “Manuel de formation sur le contrôle citoyen de l’action publique“ (CCAP) en juillet 2006, puis un “Guide de suivi en élaboration, exécution et contrôle du budget communal“. Ces outils de formation sont destinés aux acteurs de l’Etat et de la société civile.

 

Pour la mise en œuvre du deuxième volet portant sur le suivi-évaluation de la SDRP, SOS-Civisme-Niger a coordonné les efforts des organisations de la société civile dans le suivi-évaluation des politiques publiques , à travers un consortium dont elle est chef de file, comprenant  le Centre Afrika Obota (CAO-Niger), l’ONG Démocratie 2000 et le Réseau National des Jeunes Leaders pour l’Atteinte des OMD.

Le consortium mené par SOS-Civisme-Niger a facilité la production de deux (2) rapports alternatifs de la société civile. Un premier “Rapport final d’évaluation des organisations de la société civile sur les progrès accomplis par le Niger vers l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement“, publié en 2007 ; un Deuxième rapport d’évaluation indépendante des organisations de la société civile nigérienne sur les progrès accomplis par le Niger vers l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement “, publié en décembre 2009.

 

Projet d’Appui à l’Amélioration de la Gouvernance scolaire

Le Projet résulte d’une convention entre l’ONG SOS-Civisme-Niger et la Fondation Open Society Initiative for West Afrika (OSIWA), pour la période allant du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2016.

 

Le projet a pour objectif global de contribuer à l’amélioration de la gouvernance scolaire dans la zone d’intervention du projet. De manière spécifique, les objectifs du projet sont : (i) Rendre certains membres de la fédération communale et des CGDES plus efficaces et efficients dans l’accomplissement de leurs missions ; (ii) Les comités de gestion sont davantage dynamiques et proactifs dans l’accomplissement de leur mission ; (iii) Les capacités des comités de gestion à suivre et contrôler la présence des enseignants et la qualité de l’enseignement dispensé sont renforcées.

                                                                                      

En savoir plus :

Pour l’atteinte ses objectifs, le projet a réalisé des sessions de formation à l’intention des  membres de la Fédération Communale des CGDES Niamey IV et les autres acteurs pour améliorer la gouvernance scolaire. Ainsi, les sessions de formation ont été réalisées sur les missions et compétences et compétences des CGDES“ et “l’évaluation de la qualité de l’Enseignement et le Suivi de l’Enseignant“.

 

Additionnellement, le projet a permis de soutenir les missions de suivi des conseillers pédagogiques dans les écoles du 4ème arrondissement communal de Niamey ; de construire des latrines, en vue d’améliorer l’hygiène et l’assainissement dans les établissements scolaires cibles.

 

 

Retour en haut