Paix et Sécurité

La culture de la paix constitue le deuxième axe stratégique d’intervention de SOS-Civisme-Niger,  travers lequel elle se propose de contribuer la stabilité et à la sécurité, au Niger et dans la sous-région sahélienne. L’outil principal développé par SOS-Civisme-Niger, c’est le dialogue, comme une application à multiples usages : dialogue intra et interreligieux, dialogue intercommunautaire, dialogue intercommunal, dialogue social et dialogue politique.

LES PROJETS

Projet “Revalorisation du Vivre Ensemble“ (REVE)

Ce projet (1er janvier 2014 au 31 octobre 2015) est une initiative conjointe de l’ONG SOS-Civisme-Niger et de CARE Danemark (qui a fait délégation à CARE Niger) pour la mise en œuvre de l’axe 4 intitulé “Promotion de la tolérance et du dialogue intra et interreligieux“ du Programme de réponses intermédiaire visant à atténuer les risques d’insécurité et d’instabilité dans les régions Nord-Ouest et Sud-Ouest du Niger – Instrument de stabilité n°2 (IdS II) financé par l’Union Européenne.

L’objectif général du projet est de contribuer à la consolidation de la paix et à l’amélioration de la stabilité sociale et politique au Niger. De façon spécifique, le projet REVE vise l’objectif suivant : contribuer à créer les conditions favorables pour une amélioration de l’environnement institutionnel et réglementaire et du climat social dans 4 régions du Niger (Diffa, Maradi, Niamey, Zinder).

Le projet REVE a travaillé à l’atteinte de quatre (4) principaux résultats:

Résultat 1 : Les cadres institutionnels existants accomplissent convenablement leurs missions et des réformes pertinentes sont initiées par les pouvoirs publics pour améliorer le cadre juridique régissant les activités religieuses au Niger.

Résultat 2 : La compréhension entre les communautés chrétiennes et musulmanes du Niger est favorisée, en vue de la prévention des conflits inter religieux. 

Résultat 3 : Le rapprochement entre les associations religieuses de différentes tendances est favorisé, pour la tolérance et la prévention des conflits intra religieux.

Résultat 4 : Les organisations/associations de base des jeunes filles et garçons sont engagées dans des actions de promotion de la paix

En savoir plus :

Le projet REVE est la suite logique des initiatives antérieures de l’ONG SOS-Civisme-Niger pour la consolidation de la paix et de la stabilité au Niger, à travers la promotion de la tolérance intra et interreligieuse.

En effet, avec l’appui de la Fondation Konrad Adenauer et la participation du Ministère Nigérien de l’Intérieur, SOS-Civisme-Niger a organisé, pour la première dans le pays, la rencontre entre les associations islamiques et chrétiennes, en juin 2003 à Niamey, sur le thème : “Rôles des associations religieuses dans l’éducation civique des citoyens au Niger“. Ce premier séminaire national a permis aux leaders des deux (2) confessions monothéistes de mettre en place un comité national de suivi du dialogue islamo-chrétien, dont la présidence a été confiée au Coordonnateur National de SOS-Civisme-Niger.

Au cours de la période 2004-2006, le Bureau de la Coopération Danoise, pour contribuer à atténuer la radicalisation religieuse au Niger, a supporté la mise en œuvre d’un Projet “Appui au suivi du séminaire national sur le rôle des associations religieuses dans l’éducation civique des citoyens au Niger“. Ce soutien a permis à SOS-Civisme-Niger d’organiser des rencontres interreligieuses nationales à Niamey et régionales à Maradi et à Zinder, sur “les rôles des leaders religieux dans la prévention des conflits au Niger“, puis sur “la contribution des associations religieuses dans la lutte contre la pauvreté au Niger : nécessité du dialogue d’œuvre islamo-chrétien“. Ce projet a permis la mise en place par les chefs religieux des Comités Régionaux de Dialogue Intra et Interreligieux pour la Paix (CDIR) dans les régions de Maradi et de Zinder.

Aussi, en 2014, dans le cadre de son Instrument Contribuant à la Stabilité et à la Paix (ICsP), l’Union Européenne a commandité une étude indépendante pour l’identification d’un programme et les acteurs de mise en œuvre. Dans ce cadre, SOS-Civisme-Niger a été identifiée comme une des structures pertinentes.

Le Projet REVE a permis de redynamiser les comités régionaux de dialogue interreligieux (CDIR) de Maradi et Zinder ; d’appuyer la mise en place d’un comité régional de dialogue interreligieux à Diffa ; de supporter le Ministère de l’Intérieur par la réalisation d’un diagnostic organisationnel et l’élaboration d’un Plan d’Actions de la Direction des Affaires Religieuses (DAR) ; de soutenir les missions de suivi des associations et activités religieuses dans les huit (8) régions du Niger, menées par la Direction nationale des Affaires Religieuses. Le Projet REVE a également supporté le diagnostic et le Plan d’actions du Conseil Islamique du Niger (CIN), ainsi que le financement, pour quatre-vingt millions (80.000.000) de francs CFA, d’un dispositif de monitoring du contenu des médias en faveur du Conseil Supérieur de la Communication (CSC).

Projet “Education Civique et Soutien aux Initiatives de paix au Niger“ (Niger Espoir)

Le Projet “Education Civique et Soutien aux Initiatives de paix au Niger“ (Niger Espoir) s’inscrit dans le cadre de l’Instrument contribuant à la Stabilité et à la Paix (IcSP) de l’Union Européenne. En particulier, le Projet Niger Espoir est une proposition conjointe de CARE Danemark (qui fait une délégation d’autorité à CARE Niger) et SOS Civisme Niger relativement à la mise en œuvre de l’axe 1 (Renforcement de la sécurité communautaire et du contrôle des frontières) et de l’axe 4 (Promotion de la tolérance et du dialogue intra et interreligieux).

Le Projet Niger Espoir (1er novembre 2015 au 15 octobre 2017), consolide en approfondissant certaines des actions de la phase I du projet REVE, mis en œuvre par les mêmes organisations à Niamey, Maradi, Zinder et Diffa entre janvier 2014 et 31 octobre 2015.

L’objectif global du projet est de contribuer à la consolidation de la paix et à l’amélioration de la stabilité sociale et politique au Niger. De façon spécifique, le projet vise à renforcer le dialogue social pour la paix et la stabilité dans 4 régions du Niger (Diffa, Maradi, Niamey, Zinder).

En savoir plus :

Le Projet Niger Espoir a travaillé à l’atteinte de quatre principaux résultats:

  • Résultat 1 : Le dialogue entre les communautés chrétiennes et musulmanes du Niger est favorisé en vue de la prévention des conflits inter religieux.
  • Résultat 2 : La compréhension entre les associations et leaders religieux  est favorisée en vue de la prévention des conflits intra religieux. 
  • Résultat 3 : Les systèmes communautaires de prévention et règlement des conflits sont reliés aux communes et sont dynamisés.
  • Résultat 4 : Les capacités du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) et de la  Direction des Affaires Religieuses (DAR) du Ministère de l’intérieur, de la décentralisation, de la sécurité publique et des affaires coutumières et religieuses  à accomplir sa mission sont renforcées.

Les bénéficiaires directs du projet sont : 8 Comités Régionaux de Dialogue Interreligieux (CDIR) ; 119 Comités Communaux de Dialogue intra et interreligieux ; la Direction Nationale des Affaires Religieuses du Ministère de l’Intérieur ; le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) ; le Conseil Régional de Diffa ; 12 communes de Diffa ; 12 Commissions Foncières Communales de Diffa ; les Comités Paix et Sécurité des 12 communes de Diffa ; l’Université de Diffa ; 32 associations de jeunesse des 4 régions de Diffa, Niamey, Maradi et Zinder.

Projet “Campagne de sensibilisation pour l’engagement des communautés dans le renforcement de la sécurité aux frontières à Diffa“ (SEDINI).

L’ONG SOS Civisme Niger a mis en œuvre un Projet de sensibilisation pour l’engagement des communautés dans le renforcement de la sécurité aux frontières à Diffa, Mainé Soroa et N’Guigmi en 2017, en partenariat avec l’Organisation Internationale pour les Migration (UN-IOM) sur financement de l’Union Européenne.

 

L’objectif principal du Projet était : engager les communautés frontalières dans le renforcement de la sécurité dans la région de Diffa. Deux résultats étaient attendus de ce projet : (i) Sensibiliser les communautés locales et transfrontalières ; (ii) Rapprocher les communautés des autorités en charge de la sécurité.

 

Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, les activités suivantes ont été réalisées :

          Trois Journées de mobilisation communautaire pour le renforcement de la sécurité et de la cohésion sociale à Diffa, Mainé et Nguigmi marquées par des activités sportives et culturelles ;

          Trois forums de dialogue inclusif entre les FDS et les représentants des communautés locales à Diffa, Mainé et Nguigmi sur le thème : La sécurité des personnes et des biens dans le contexte des attaques terroristes : Etat des lieux, défis et pistes de solutions“.

          Réalisation d’un publireportage audiovisuel de 10 minutes sur les temps forts de la campagne.

          Diffusion des versions Françaises, Haoussa et Kanouri du publireportage audiovisuel sur Télé Sahel.

 

Les principaux bénéficiaires sont les autorités administratives régionales, départementales et communales civiles, militaires et paramilitaires,  Leaders représentants des communautés locales frontalières.

La campagne a touché directement plus quelques 13118 participants dont 3351hommes, 3524 femmes et 6243 jeunes (filles et garçons). Toutes les activités de la campagne ont été largement diffusées su Télé Sahel et les autres médias locaux.

Equipe de mise en œuvre :

Chef du projet M. Massaoudou Ibrahim ;

Publireportage : Agence SARA Production dirigée par M Salissou Rabé

Equipe de backstopping: M. Aminou Laouali et M. Abba Rabé Salissou

Projet “Campagne de sensibilisation pour l’engagement des communautés dans le renforcement de la sécurité aux frontières à Zinder et à Diffa“.

Ce projet résulte de l’accord signé entre l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) et le Département d’Etat des Etats Unis d’Amérique pour la mise en œuvre du Projet “Engager les communautés dans la gestion des frontières au Niger“.

Le projet vise à contribuer à l’amélioration de la sécurité dans les régions de Zinder et de Diffa par le développement d’approches cohérentes de gestion des frontières. L’une des approches retenue est d’engager davantage les communautés dans la sécurisation de la zone en coopération avec les forces de sécurité. Dans cette perspective, l’OIM a sélectionné l’ONG SOS-Civisme-Niger pour la réalisation d’une campagne de sensibilisation afin d’inciter une prise de conscience de la part des communautés locales sur leur rôle prépondérant dans la sécurisation de la région.

La campagne de sensibilisation vise deux résultats : (i) Sensibiliser les communautés locales et transfrontalières ; (ii) Rapprocher les communautés des autorités en charge de la sécurité.

En savoir plus :

Dans le cadre de la mise en œuvre de cette campagne, qui s’est déroulée du 1er novembre au 31

Décembre 2017, SOS-Civisme-Niger a mené les activités suivantes :

  • (i) l’organisation des réunions d’informations et de mobilisation des acteurs stratégiques dans la ville de Zinder et les localités de Dogo-Dogo, Bosso, Gueskérou et Chétimari,
  • (ii) l’organisation de deux (2) journées de mobilisation communautaire en faveur de la sécurité aux frontières et de la cohésion sociale, dont l’une à Zinder ville et l’autre à Dogo-Dogo ;
  • (iii) l’organisation de deux (2) foras de dialogue inclusifs pour la gestion participative de la sécurité aux frontières, dont l’un à Zinder ville et l’autre à Bosso ;
  • (iv) l’organisation de deux (2) débats radiophoniques dans les localités de Gueskérou et Chétimari ;
  • (v) l’organisation de deux (2) Content Advisory Group Meetings, l’un à Gueskerou, l’autre à Chétimari ;
  • (vi) et la production et la diffusion d’un publireportage audiovisuel en Français, Haoussa et Kanuri sur la campagne de sensibilisation et les efforts des acteurs locaux pour développer la résilience face aux conflits.

Les principaux bénéficiaires sont les autorités administratives régionales, départementales et communales civiles, militaires et paramilitaires, Leaders représentants des communautés locales frontalières. Au total, la campagne de sensibilisation pour l’engagement communautés frontalières dans le renforcement de la sécurité dans les régions de Diffa et Zinder a touché 8 691 bénéficiaires directs, dont 2 529 hommes, 1 644 femmes et 4 568 jeunes.

Retour en haut